Irradiation et suppléments : ce que vous devriez savoir

Lorsque vous achetez un produit « certifié biologique », vous savez qu’il est exempt de pesticides, d’engrais chimiques et de colorants, et qu’il n’a pas été modifié génétiquement. Mais ce que vous ne savez peut-être pas encore, c’est que cette certification vous garantit aussi que votre nourriture ou votre supplément n’a pas été irradié.

Petite parenthèse, l’irradiation désigne le traitement des aliments par « rayonnement ionisant », ce qui tue et inhibe la croissance des bactéries, des parasites, des moisissures et des insectes, prévenant ainsi les maladies d’origine alimentaire et prolongeant la durée de conservation. Ce processus est maintenant utilisé dans plus de 50 pays à travers le monde, chacun possédant sa propre réglementation.

Comment savoir si votre nourriture ou les suppléments que vous prenez ont été irradiés? Les aliments qui ne sont pas préemballés doivent être accompagnés d’une affichette portant le symbole international de l’irradiation ainsi que la mention « irradié » ou « traité par irradiation », tandis que les aliments préemballés doivent présenter cette information sur leur étiquette. Cependant, aux États-Unis, si un produit multi-ingrédients comme, par exemple, des suppléments comporte un ingrédient qui a été traité par irradiation, il n’est pas obligatoire de le mentionner sur l’étiquette. De même, au Canada, à moins que l’ingrédient irradié constitue plus de 10 % du produit fini, il n’est pas soumis à cette exigence d’étiquetage. En réalité, cela signifie qu’un très grand nombre d’ingrédients contenus dans les suppléments ont en fait été irradiés sans que cela soit mentionné sur les étiquettes.

«Qu’un très grand nombre d’ingrédients contenus dans les suppléments ont en fait été irradiés sans que cela soit mentionné sur les étiquettes.»

Alors, quels ingrédients peuvent être irradiés? Au Canada, l’irradiation est autorisée sur les épices (qui sont utilisées dans de nombreux suppléments naturels), les assaisonnements déshydratés, le blé, les pommes de terre, les oignons et, plus récemment, le bœuf haché cru frais et congelé. Aux États-Unis, le bœuf, le porc, la volaille, les crustacés, les fruits de mer, les fruits et légumes frais, les graines pour la germination, les œufs dans leur coquille, les épices et les assaisonnements peuvent tous être irradiés. Bien sûr, Santé Canada et la FDA insistent sur le fait qu’en raison de la quantité minimale de rayonnement utilisée, ces aliments sont sans danger et conservent leur valeur nutritive. Mais comme vous pouvez l’imaginer, en cette matière, les avis sont divisés.

L’Organisation mondiale de la santé justifie l’irradiation comme moyen sûr et rentable de contrôler les organismes nuisibles tels que les salmonelles et l’E. coli, et de prolonger la durée de conservation des aliments, en particulier dans les pays tropicaux, où ils peuvent se gâter rapidement. Pourtant, il existe diverses raisons pour lesquelles des groupes comme le The Centre for Food Safety, le groupe de défense des consommateurs Food & Water Watch et l’Environmental Working Group s’y opposent. La raison principale est le risque que l’irradiation entraîne la présence dans les aliments de sous-produits dangereux potentiellement cancérigènes. Selon le Center for Food Safety : « Les sous-produits de l’irradiation comprennent une variété de mutagènes – des substances qui peuvent causer des mutations génétiques, la polyploïdie (une anomalie ayant pour conséquence que les cellules contiennent plus de deux ensembles de chromosomes), des aberrations chromosomiques (souvent associées à des cellules cancéreuses) et des mutations létales dominantes (un changement dans une cellule qui l’empêche de se reproduire) dans les cellules humaines. Pire, de nombreux mutagènes sont également cancérigènes. La recherche montre également que l’irradiation produit des substances toxiques volatiles comme le benzène et le toluène, des produits chimiques reconnus ou soupçonnés cancérigènes et pouvant provoquer des malformations congénitales. » De son côté, le Dr Samuel Epstein, MD, président de la chaire de la coalition pour la prévention du cancer et professeur de médecine environnementale à l’École de santé publique de l’Université de l’Illinois, rappelle que ces constatations ne sont pas nouvelles. « Des douzaines d’expériences datant des années 1950 ont révélé un large éventail de graves problèmes de santé chez les animaux nourris avec des aliments irradiés. » Un autre objet de débat important entoure le fait que le processus peut réduire considérablement les quantités de certains nutriments, appauvrissant ainsi notre alimentation. C’est le cas notamment des vitamines A, B1, C et E, qui sont très sensibles à l’irradiation.

Alors, tandis que l’irradiation demeure une pratique controversée, existe-t- il des solutions? Heureusement, des entreprises innovantes commencent à émerger, comme Agri-Neo, une société torontoise qui utilise une solution liquide biologique dérivée de plantes qui, au contact d’agents pathogènes et de microbes non désirés, dénature leurs membranes cellulaires et leur ADN par transfert d’électrons, sans altérer le goût, la texture et le profil nutritionnel des aliments.

«En attendant que suffisamment d’essais sur les humains soient colligés, nous préférons n’utiliser que des ingrédients certifiés biologiques, qui n’ont pas été irradiés.»

Pour trancher la question à savoir si les allégations concernant les dangers potentiels de l’irradiation fournissent suffisamment de preuves pour qu’on se méfie de ce procédé, ajoutons que la majorité des tests ont uniquement été menés sur des animaux et sur des cellules humaines. Pour notre part, en attendant que suffisamment d’essais sur les humains soient colligés, nous préférons n’utiliser que des ingrédients certifiés biologiques, qui n’ont pas été irradiés. Et cela, même si nous devons renoncer à certains ingrédients, comme par exemple, le ginseng sibérien, car les seules sources que nous avons pu trouver ont été irradiées ou présentent un compte microbien bien trop élevé.

Ressources (en anglais)

http://www.inspection.gc.ca/food/information-for-consumers/fact-sheets-and-infographics/irradiation/eng/1332358607968/1332358680017

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5302430/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15729830/

https://www.centerforfoodsafety.org/issues/1039/food-irradiation/about-food-irradiation

https://www.fda.gov/food/buy-store-serve-safe-food/food-irradiation-what-you-need-know

 

Par: Kylie McGregor